Se servir des restrictions pour accéder à la liberté

Saul Nadoff
Par Rashed Clarke

Saul Nadoff suit un régime alimentaire strict pour gérer sa maladie de Crohn. Lorsqu’il n’a pas été en mesure de trouver les collations convenant à son régime, il a fait les siennes. Ensuite, il a créé une entreprise.

Les douleurs abdominales ont été le premier indice que quelque chose n’allait pas chez Saul Nadoff. C’était en 2004, et Saul, alors âgé de 16 ans, a reçu un diagnostic de maladie de Crohn. Au delà des simples douleurs abdominales, les maladies inflammatoires de l’intestin peuvent causer des saignements internes, des nausées, de la fièvre, de la fatigue et des selles fréquentes et urgentes.

Bien qu’il existe différentes options pour traiter cette maladie chronique, Saul recherchait un régime alimentaire qui apaiserait ses symptômes. Il a passé beaucoup de temps à chercher les aliments qui convenaient à son organisme tout en remplissant ses besoins nutritionnels, mais il a fini par mettre au point un régime qui fonctionnait pour lui, et il l’a suivi à la lettre pendant une décennie.

« Je maîtrise ma maladie de Crohn grâce à un régime très strict. Pas de gluten, pas de soya, pas de sucres ajoutés, pas de produits laitiers, rien de trop traité, déclare Saul. Pour observer ce régime, il m’a fallu préparer tous mes aliments à la maison. Cela a été très difficile que de demeurer discipliné en faisant des activités courantes comme aller à des rencontres familiales ou au restaurant. »

Trouver au supermarché des collations adaptées à ses restrictions alimentaires très particulières s’est également avéré ardu pour Saul, qui a alors décidé de s’activer dans sa cuisine. Après avoir créé quelques barres collation qui fonctionnaient pour lui, Saul a vu une occasion d’aider les autres personnes qui, comme lui, étaient soucieuses de leur régime alimentaire, et c’est ainsi que Freedom Bars a vu le jour.

« En créant les barres Freedom Bars, je voulais, par dessus tout, qu’elles demeurent 100 % naturelles. Elles comportent peu d’ingrédients, soit quatre ou cinq. J’ai la conviction que ces barres peuvent procurer aux gens des options santé pour leur régime, sans qu’ils ne se sentent limités », explique Saul.

Jusqu’à l’été 2018, Saul fabriquait les barres Freedom Bars lui même. Il avait loué un entrepôt, acheté de l’équipement de production et d’emballage et mis à l’essai différents processus pour fabriquer les barres de manière efficiente.

Les ventes ont alors commencé à décoller, et Saul a confié la production à une plus grosse entreprise pour répondre à la demande croissante.  Désormais, avec l’accroissement de la capacité, Saul espère commercialiser d’autres collations que lui et sa femme ont créées à leur domicile à Toronto.

Saul réussit toujours à gérer sa maladie de Crohn en observant le régime alimentaire qui lui convient, mais il reconnaît aussi l’important rôle que joue la santé mentale dans la maîtrise de la maladie.

« Peu importe le régime que l’on suit, il est important de surveiller ce que l’on mange. Il faut alimenter son organisme avec le carburant adéquat, déclare t il. Et il existe une incroyable connexion entre notre esprit et notre corps, alors j’ai beaucoup travaillé sur la gestion du stress. »

Saul a un conseil à donner à quelqu’un qui vient de recevoir un diagnostic de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse :

« N’oubliez pas que les aliments dont nous nous nourrissons et les pensées dont nous nous alimentons ont un impact déterminant sur notre état. Ne le sous estimez jamais! »

  • Les taux de ces maladies au Canada figurent parmi les plus élevés du monde.
  • 1 CANADIEN SUR 140 vit avec la maladie de Crohn ou la colite
  • Pour la première fois, les familles nouvellement arrivées au Canada contractent la maladie de Crohn et la colite
  • Depuis 1995, l’incidence de la maladie de Crohn chez les enfants canadiens de 10 ans et moins a presque doublé
  • Les gens sont le plus souvent diagnostiqué avant 30 ans.